Left Retourner au magasinage
Commande

Votre panier est vide

Vous pourriez aussi aimer :
De $1200 $3400
Afficher les options
L'inéluctable gel

L'inéluctable gel

On annonce du gel généralisé pour la nuit. Moment crève-coeur pour le jardinier que je suis. Les espèces non rustiques succomberont, mises à part celles que nous protégerons avec des toiles, soit les courges d’hiver, les piments, les poivrons et les aubergines qui profiteront bien de quelques journées supplémentaires pour mûrir leurs derniers fruits. Les tomates et les concombres ont déjà été arrachés.

La plupart du temps s’ensuit après le premier gel de fin d’été une séquence de temps doux qui permet de rendre à terme plusieurs espèces légumières, dont les aubergines, les piments, les poivrons et les courges. On comprend l’importance d’une protection adéquate lors de la première salve du froid.

Il est bon de rappeler que plusieurs légumes tolèrent le gel et développent leur sucre et leur saveur une fois qu’ils y sont exposés. Ainsi on attendra la fin octobre pour récolter les rutabagas, les carottes, les betteraves, les panais, les salsifis, les radis d’hiver, les topinambours, les choux pommés, les kales et les choux de Bruxelles. Les pommes de terre et les céleris-raves sont déjà descendus dans la chambre froide. Les laitues et autres verdures tolèrent jusqu’à – 3°C, donc pour le moment, il n’est pas nécessaire de les protéger, ce que je ferai assurément lors de froid plus mordant afin de prolonger la saison des verdures d’automne. J’ai réussi l’année dernière à maintenir en vie jusqu’à la mi-novembre laitues, chicorées, persil, roquette, moutarde, épinard et pac choy grâce à trois toiles installées sur des arceaux lorsque du gel sévère était prévu.


Une toile à compost ou un géotextile conviennent bien pour de faibles gelées.

La veille du premier gel, c’est toujours le branle-bas. En plus d’installer les toiles protectrices sur les espèces que je désire protéger, je rentre les pots de romarin, de laurier et de verveine. Je compose quelques bouquets de zinnia, une fleur aux couleurs éclatantes dont je suis épris. Je fixe pour la postérité notre jardin en photographiant quelques-unes des scènes que nous avons créées au fil de la saison. La lumière de fin de journée est caractéristique de ces veilles de gel: vive et cristalline, elle rehausse l’éclat des milliers de fleurs claironnantes dont les teintes sont plus enflammées que jamais, car elles savent leur fin imminente.


La veille du premier gel, une lumière cristalline illumine le jardin.

C’est le début d’une période de contraction et d’introspection, un retour vers l’intérieur de la maison et l’intérieur de soi-même. Résignés et sereins, nous nous assoupirons épuisés, mais heureux du travail accompli, conscients qu’à l’aube, le gel aura fait son oeuvre.

Les premières lueurs me confirment que le gel fut mordant. La prairie à l’est révèle une forêt de cristaux enchevêtrés à la surface de chaque brindille, chaque feuille, chaque tige, chaque fleur. Je songe un peu triste à toutes ces plantes du jardin, souvent semées en mars à l’intérieur, qui ont succombé au gel inéluctable. Il faut maintenant lâcher prise et accepter le deuil.

Malgré le stress et la tristesse engendrés par les circonstances, il n’en demeure pas moins qu’en ce matin, le jardin m’offre des paysages d’une beauté dramatique. L’atmosphère singulière du matin du premier gel me conditionne à ce froid progressif auquel je suis maintenant confronté. Je m’évertue à m’y préparer au meilleur de mes capacités.

Je maintiendrai en vie mes dernières cucurbitacées et solanacées encore quelque temps puis je concentrerai mon énergie à protéger mes feuillages d’automne de façon à avoir accès à leurs vitamines, leurs minéraux, leur croustillance et leur saveur d’exception, car des feuilles qui ont combattu le froid s’en trouvent enrichies en éléments nutritifs, en texture et en saveur. Puis, on passera aux salades de choux, de carottes, de betteraves et aux rémoulades. Chaque salade en son temps!

Yves Gagnon, auteur, semencier et cofondateur des Jardins du Grand-Portage