Left Retourner au magasinage
Commande

Votre panier est vide

Vous pourriez aussi aimer :
De $1200 $3400
Afficher les options
Portrait de notre producteur Martin Drouin de Saint-Didace

Portrait de notre producteur Martin Drouin de Saint-Didace

Une journée pluvieuse de septembre, un peu avant les premiers gels, je suis allée visiter les jardins de Martin Drouin, producteur chez Semences du Portage depuis notre ouverture en 2015. Il est l’heureux propriétaire d‘une ferme au sommet de la côte à Zamette, à Saint-Didace, où il produit des paniers de légumes pour des gens de sa région. Jardinier à temps partiel aux Jardins du Grand-Portage, il s’intéresse à la production de semences depuis quelques années. Il produit cette année sur près de 4 arpents de terre cultivable, des semences d’une vingtaine de cultivars dont les tomates Brandywine, Mountain Princess, Petit Moineau, Sicilian Saucer, Blue Mountain, Pêche blanche et Maria, le navet Milan, la betterave Lutz, la moelleuse laitue Merveille des Quatre Saisons pour ne nommer que celle-là ainsi que les haricots Gold Rush, Green Masaï et Royal Burgundy. J’en ai profité pour lui poser quelques questions ! Comment se passe ta saison 2020 ? Au début de la saison, c’était vraiment difficile à cause des vers gris et des marmottes puis, avec la sécheresse, pas le choix d’arroser. Autrement, ça super bien produit. Au début de la saison, j’ai perdu beaucoup de plants, mais finalement tout ce qui est resté a survécu. Quelle est la raison ou la personne qui t’a motivé à faire un jardin, à produire des semences ? Cela a commencé par l’idée de faire des jardins. Quand j’étais jeune, je voulais pouvoir m’autosuffire. Finalement, j’ai vu qu’il y avait peut-être moyen de se créer un emploi avec ça en plus. Est-ce que tu as réussi à être autosuffisant ? Pas vraiment. J’aime trop les légumes frais pour te dire. Les brocolis congelés ce n’est pas la même chose, mais c’est sûr que six mois par année je réussis sans problème. L'hiver, j'ai quand même des légumes de conservation et des conserves. Les semences, c’est plus ton père qui m’a proposé l’idée, Yves Gagnon, pour ne pas le nommer. C’est en produisant des semences que j’ai réalisé que ça crée un équilibre. Je réalise que, quand je fais mes paniers, c'est un stress de récolter chaque légume au parfait moment tandis que là, c’est même idéal de les laisser sur le plant pour en faire de la semence. Martin avec notre plus grosse tomate au catalogue, la Sicilian Saucer. Nouvelle fleur ornementale pour 2021, la Datura! Nouvelle tomate déterminée pour 2021, la tomate verte Huy! Est-ce que t’as des moments de pause? Oui, j’ai des moments, disons plus tranquille. Les semences, ça va jusqu’en janvier puis après, on tombe dans les semis assez vite. C’est une période plus calme. Est-ce que tu as des employés? Presque. J’ai un ami qui vient m’aider la journée des paniers. En échange, il repart avec des légumes. Il m’aide surtout à faire de la cueillette. Aussi, j’ai un autre ami qui est venu en début de saison pour m’aider à semer et à mélanger le fumier. Mais je pense justement l’année prochaine d’engager un de mes amis pour m’aider à planter mon ail. Surtout pour m’aider à brasser le fumier. J’utilise aussi de l’actisol pour donner un petit boost à mes plants en début de saison. Je vois vraiment une différence quand j’en mets. J’ai aussi mon propre compost grâce à mes lapins, mes poules et des feuilles mortes que je ramasse à Saint-Gabriel à l'automne. Qu’est-ce que tu préfères dans ton métier? C’est surtout le fait de travailler et de voir le résultat tous les jours : ça pousse tout le temps. C’est comme créer la vie. C’est une belle motivation. Surtout vendre des légumes à du monde qui apprécie vraiment. Ce n’est pas comme aller vendre une caisse de légumes à une épicerie. Tu ne sais même pas si ça va se vendre, si ça va finir aux poubelles. Photo de Martin qui me présente ses plants de haricots jaune Gold Rush! Quelques tomates produites chez Martin. Dans le sens des aiguilles d'une montre ; la verte Huy, la Brandywine, la Pruden's Purple, la Pêche blanche, la Blue Mountain et l'italienne Maria. Quel est ton légume préféré? On est censé avoir un légume préféré? Mon légume préféré…. je vais tous les nommer, c’est ça qui arrive. C’est sûr que les tomates, celles de l’épicerie sont tellement décourageantes. Mais, les légumes de jardin, c’est tellement meilleur. J’adore aussi les laitues. Les carottes fraiches c’est tellement bon en saison. Portrait de Martin Drouin en Culture Nature depuis toujours Contact : 450-835-8375 Par Catherine Gagnon-Mackay Directrice des Semences du Portage

Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés