Left Retourner au magasinage
Commande

Votre panier est vide

Vous pourriez aussi aimer :
De $1200 $3400
Afficher les options

À propos du Melon brodé Oka

Le melon brodé Oka est un gros melon brodé développé au Québec en 1912 à l’Institut agricole d’Oka par le père Athanase. Chair orange capiteuse, excellente saveur et bonne productivité.

Filet anti-insecte recommandé en juin pour contrer la chrysomèle rayée du concombre. Prégermination à la chaleur dans un tissu humide recommandée avant de semer. Une température de 25 °C est recommandée. Dès que le germe apparaît, on peut semer en position au jardin dans un sol réchauffé. Pour un meilleur résultat, semer en godet individuel à la fin avril.

À lire sur notre blogue du melon de Montréal au melon Oka.

Conseils de culture pour le Melon brodé Oka

Famille
Cucurbitacées (Cucumis melo)
Nombre de semences
± 80
Cycle de culture
Semis suggéré
Extérieur
Moment suggéré*
fin mai
Exposition
Soleil
Nombre de jours jusqu'à maturité*
85 jours
Distance entre les plants
75 cm
Distance entre les rangs
1,25 m
*Le moment suggéré concerne la zone 4b. Pour la zone 5 on peut devancer le moment de 2 semaines et en zone 3 le retarder de 2 semaines. Le nombre de jours indiqué est calculé à partir de la mise en terre au jardin. Cliquez ici pour obtenir votre zone de rusticité ou créez votre calendrier de jardinage avec notre partenaire québécois, lamainverte.ca.

Articles de jardinage en lien avec le Melon brodé Oka

L’espèce Cucumis melo

Le melon brodéMuskmelonCu­cu­mis melo var. reticulatus

Le melon brodé est très populaire en Amérique du Nord où on l’appelle souvent, à tort, le cantaloup.
L’appellation brodé tient de la broderie liégeuse beige qui recouvre sa peau pâle qui tourne à l’orangé
à maturité. Sa chair mûre offre un parfum capiteux, une saveur suave, une texture soyeuse qui rafraîchit
la bouche. On en a beaucoup cultivé sur le flanc sud du Mont-Royal au Québec entre 1920 et 1930.
Le gros fruit d’une succulence exceptionnelle était connu sur les marchés de New York sous le nom de
Melon ­Musqué de Montréal. La souche d’origine peut encore se trouver dans les réseaux de conservation de semences dont le Programme semencier du patrimoine Canada. On y trouve aussi l’un de ses descendants rustiques, le melon Oka, développé en 1912 par le père Athanase de l’Institut agricole d’Oka.

Les conseils du producteur de semences et auteur

Yves Gagnon

Conditions de culture du melon

À cause de leur origine africaine, les melons sont très exigeants en chaleur. Des températures inférieures à 10 oC affectent leur développement. Dans les régions nordiques, on doit les propager par semis intérieur et les transplanter en couches ou en tunnels afin de les protéger du froid et du vent, tous deux préjudiciables à leur développement. On cultive donc le melon en plein soleil, à l’abri du vent; on optera de préférence pour un sol léger, profond et riche en humus; les sols argileux doivent être bien structurés et façonnés en planches. Le melon est exigeant en compost moyennement décomposé. On amende le sol pour sa culture avec 1t de compost mi-mûr par 100 m2. Un apport de 60 ml de phosphate minéral par plant améliore les performances de l’espèce. Une fertigation mensuelle à base de purin accroît la productivité des plants; en période de mûrissement, il faut toutefois éviter tout apport d’azote qui leur serait néfaste tout comme un excès d’humidité. Quoique les melons et plus particulièrement le melon d’eau disposent d’un système de racines leur permettant de résister à la sécheresse, une irrigation hebdomadaire en période de sécheresse maximise le rendement. La présence d’abeilles et de fleurs mellifères à proximité aide à la fécondation, souvent irrégulière. Le pH recommandé pour la culture du melon se situe entre 6 et 7.

Rotation des cultures du melon

On cultive le melon la première année de rotation après une culture d’engrais vert.

Compagnonnage du melon

On peut placerles melons avec les autres cucurbitacées à l’est du maïs ou de rangs de tournesols. Ils voisinent bien avec les tomates, les poivrons, les aubergines et les artichauts. On peut aussi leur associer de la marjolaine, du basilic, du souci ou de la bourrache. Dans un esprit d’utilisation maximale de l’espace, on peut cultiver en début de saison, en bordure des planches, des légumes feuilles ou des radis. Ces primeurs chevaucheront quelque temps les melons, mais une fois récoltées, les melons disposeront de tout l’espace nécessaire à leur développement.

— Ces précieux conseils ont été rédigés par Yves Gagnon, dans le livre La culture écologique des Plantes Légumières, Les Éditions Colloïdales.

Nos conseils, votre succès !

Filet anti-insecte avant la pollinisation

Un filet anti-insecte est recommandé pour tous les cucurbitacées pour contrer la chrysomèle rayée du concombre. Attention, il sera nécéssaire de retirer le filet lors de la formation des fleurs ou encore d'opter pour la pollinisation manuelle.

Prégermination des semences ; simple et efficace

Pour une germination optimale nous suggérons une prégermination à la chaleur dans un tissu humide avant le semis. Une température de 25 °C donne les meilleurs résultats. Dès que le germe apparaît, on peut semer en position au jardin dans un sol réchauffé.

Semis intérieur ; racines fragiles

Les cucurbitacées sont très fragiles de la racine. Si vous démarrez vos semis de cucurbitacées à l'intérieur, assurez-vous de ne pas abîmer les racine lors du transplant en pleine terre. L'utilisation d'un pot biodégradable est alors recommandée.