Left Retourner au magasinage
Commande

Votre panier est vide

Vous pourriez aussi aimer :
De $1200 $3400
Afficher les options

À propos de la tomate Glacier

La tomate Glacier produit hâtivement des tomates rouges de petite taille. Plant productif et résistant. Cultivar déterminé très hâtif.

Germination à la chaleur recommandée. Transplantation après le dernier gel.

Conseils de culture pour la tomate Glacier

Famille
Solanacées (Lycopersicon esculentum)
Nombre de semences
± 30
Cycle de culture
Semis suggéré
Intérieur
Moment suggéré*
avril
Température de germination idéale
De 15 à 30℃
Temps de germination
3 à 10 jours
Profondeur du semis
Trois fois la taille de la semence.
Entreposage des semences
Dans un endroit sec à l'abri de la lumière.
Temps de conservation des semences
5 années minimum
Exposition
Soleil
Nombre de jours jusqu'à maturité*
60 jours
Distance entre les plants
50 cm
Distance entre les rangs
70 cm
*Le moment suggéré concerne la zone 4b. Pour la zone 5 on peut devancer le moment de 2 semaines et en zone 3 le retarder de 2 semaines. Le nombre de jours indiqué est calculé à partir de la mise en terre au jardin. Cliquez ici pour obtenir votre zone de rusticité ou créez votre calendrier de jardinage avec notre partenaire québécois, lamainverte.ca.

Articles de jardinage en lien avec la tomate Glacier

Qu'est-ce qu'une tomate déterminée ?

Determinate tomato

En 1914, on a découvert en Floride un plant de tomate de petite taille, beaucoup plus compact que les cultivars courants, alors tous indéterminés. Ce plant a servi à créer une lignée de tomates qui a conduit à la création d’une multitude de cultivars modernes dont les tomates hâtives et les tomates industrielles. Ces cultivars, compacts et précoces, mûrissent leurs fruits sur une période plus courte. Ils ne produisent qu’une branche de feuilles entre les grappes de fruits. Les plants buissonnants cessent leur développement après avoir produit 4 ou 5 grappes de fleurs. On appelle ces cultivars les tomates déterminées.

Dans les régions à saison courte, on devrait considérer le choix de cultivars déterminés, malgré une qualité gustative moindre ; ils ont au moins l’avantage d’y produire des fruits. À mi-chemin entre les catégories déterminées et indéterminées se trouvent des plants qui produisent 2 branches de feuilles par grappe de fleurs; on les appelle semi-déterminés, en anglais « vigorous determinate». On taille très peu les cultivars déterminés et semi-déterminés. On peut les laisser courir au sol, idéalement sur un paillis; il est toutefois préférable de les tuteurer et de les drageonner.

— Yves Gagnon, La culture écologique des plantes légumières, Les Éditions Colloïdales.

Les conseils du producteur de semences et auteur

Yves Gagnon

Conditions de culture des tomates

La tomate est une espèce de lumière et de chaleur. Les fruits perdent leur qualité avec le froid. Dans les régions septentrionales, on la propage par semis intérieur et on transplante les plants à l’extérieur une fois que les dangers de gel sont passés.

On choisira de préférence pour la culture de la tomate une terre franche, riche en humus. Elle apprécie les terrains légers bien amendés et les sols argileux bien structurés et façonnés en planches. Les terrains lourds, humides et compacts ne lui conviennent pas.

La tomate est gourmande; elle apprécie le compost jeune en abondance. On appliquera donc pour sa culture de 1 à 1,5 t de compost jeune aux 100 m2. On peut aussi ajouter une pelletée de compost dans le trou de transplantation. L’application d’un paillis végétal une fois que le sol est réchauffé ainsi que des apports réguliers de purin stimulent sa croissance et sa productivité.

La présence de calcium est importante pour le développement et la qualité des fruits alors que le phosphore contribue à la mise à fruits. L’ajout de phosphate minéral et de cendres de bois franc dans la fosse de transplantation à raison de 30 ml chacun permet de combler les besoins des plants en ces éléments.

Pour obtenir un rendement maximum ainsi que des fruits de qualité, le taux d’humidité doit être constant : un système d’irrigation au goutte-à-goutte permet d’atteindre cet objectif. On peut aussi irriguer au besoin les plants au pied avec une eau tempérée. L’irrigation par aspersion n’est pas recommandée.

Le pH pour sa culture se situe entre 6 et 7.

Rotation des cultures de la tomate

On cultive la tomate en tête de rotation après la culture d’engrais verts. Malgré ce que certains ouvrages prétendent, il vaut mieux, à cause de sa forte sensibilité aux maladies, distancer d’au moins 4 années la culture de la tomate de celle de toute autre solanacée.

Compagnonnage des tomates

Le compagnonnage classique avec la tomate consiste à lui associer basilic et persil. Mais comme le basilic commun atteint facilement une taille de 50 à 60 cm, une association avec cette labiée nuit à la circulation d’air à la base des plants ce qui favorise le développement de maladies fongiques. Le persil, le basilic à petite feuille ainsi que le trèfle blanc constituent ainsi de meilleures plantes compagnes à installer entre les plants. Sur le bout des planches ou encore pour séparer deux cultivars, on peut installer du basilic commun, de la bourrache ou des tithonias. La tomate voisine bien avec les artichauts, les aubergines, les concombres et les poivrons. On évitera de lui associer des pommes de terre, du maïs et du fenouil.

Conseils simples à semer dans votre communauté :

Les vaporisations mensuelles avec une solution d’algues liquides fortifient les plants. Des vaporisations hebdomadaires à partir de la mi-juillet avec une solution de lait biologique à 10 % préviennent les maladies fongiques.

— Ces précieux conseils ont été rédigés par Yves Gagnon, dans le livre La culture écologique des Plantes Légumières, Les Éditions Colloïdales.