Left Retourner au magasinage
Commande

Votre panier est vide

Vous pourriez aussi aimer :
De $1200 $3400
Afficher les options

À propos du chou rouge Amarant

Chou rouge précoce à croissance rapide. Tige courte supportant des petites pommes rondes bien serrées. Parfait pour culture de primeur. Apprécie les temps frais. On l’admire et le savoure en salade, à la braise, en grillade et en choucroute. Filet anti-insecte recommandé pour contrer les ravageurs du chou.

Conseils de culture pour le chou rouge Amarant

Famille
Brassicacées (Brassica oleracea var. capitata rubra)
Nombre de semences
± 40
Cycle de culture
Semis suggéré
Extérieur|Intérieur
Moment suggéré*
Extérieur (mai et juin)|Intérieur (fin mars)
Température de germination idéale
De 7 à 35℃
Temps de germination
3 à 7 jours
Profondeur du semis
Trois fois la taille de la semence.
Entreposage des semences
Dans un endroit sec à l'abri de la lumière.
Temps de conservation des semences
6 années minimum
Exposition
Soleil
Nombre de jours jusqu'à maturité*
80 jours
Distance entre les plants
50 cm
Distance entre les rangs
50 cm
*Le moment suggéré concerne la zone 4b. Pour la zone 5 on peut devancer le moment de 2 semaines et en zone 3 le retarder de 2 semaines. Le nombre de jours indiqué est calculé à partir de la mise en terre au jardin. Cliquez ici pour obtenir votre zone de rusticité ou créez votre calendrier de jardinage avec notre partenaire québécois, lamainverte.ca.

Articles de jardinage en lien avec le chou rouge Amarant

Nos semences de chou rouge amarant sont certifiées biologiques.

Nous utilisons des méthodes naturelles et respectueuses de l'environnement pour cultiver nos plantes, sans aucun usage de pesticides, d'herbicides ou d'engrais chimiques. En choisissant nos semences bio d'chou rouge amarant, vous soutenez une approche responsable au profit de la nature.

Pour en savoir plus :

Le chou rouge

Red cabbage

Plus exigeant et plus lent à se développer, le chou rouge pommé est toutefois moins sensible aux ­ravageurs que le chou vert. Les cultivars tardifs se conservent très bien. Leur robe de couleur pourpre ou violacée colore à ravir les salades hivernales.

Les conseils du producteur de semences et auteur

Yves Gagnon

Conditions de culture du chou

Le chou, comme les autres brassicacées, est une espèce de climat frais. Il atteint une qualité optimale en conditions humides et tempérées. Il résiste au gel, plus particulièrement les choux d’hiver et les choux de Savoie qui tolèrent en automne des températures aussi basses que -10 oC. Les régions nordiques sont donc tout indiquées pour la culture du chou. Le chou nécessite un plein ensoleillement. Il se cultive de préférence dans des sols frais, humides, bien drainés et riches en humus. Les sols argileux bien structurés sont idéals pour sa culture, mais un sol léger, bien amendé et irrigué au besoin, permet également d’obtenir de bons rendements. Le chou est exigeant en compost mûr. Pour sa culture, on doit amender le sol avec 1 t de compost mûr aux 100 m2. Le chou, comme les autres brassicacées, est exigeant en bore. Pour s’assurer de la présence de cet élément, on peut apporter au sol du borax au taux de 100 g/100 m2. Le chou réagit mal à la sécheresse. En période sèche, on doit donc irriguer. L’application d’un paillis permet de conserver au sol une humidité plus régulière et une fraîcheur bénéfique à l’espèce. Le pH optimal pour la culture du chou se situe entre 6 et 7.

Rotation des cultures du chou

On cultive le chou la deuxième année de la rotation après la culture de plantes voraces.

Compagnonnage du chou

On associe le chou aux autres légumes feuilles qui, comme lui, se cultivent la deuxième année de la rotation avec des apports de compost mûr. Dans cet esprit, le chou s’associe très bien aux différentes laitues et chicorées, au céleri, à la bette à carde, à l’épinard et au poireau. On pourrait aussi l’associer au céleri-rave ou à la betterave. La plupart des plantes aromatiques sont bénéfiques aux brassicacées, car elles rendent leur repérage plus difficile pour les ravageurs. Le souci, la capucine et l’œillet d’Inde constituent aussi de bons voisins. On peut cultiver du
trèfle blanc comme plante intercalaire.

— Ces précieux conseils ont été rédigés par Yves Gagnon, dans le livre La culture écologique des Plantes Légumières, Les Éditions Colloïdales.